BLOOD – Sur les traces du rhum

Cliquez ici pour l’article entier. Site du New York Times : http://www.nytimes.com/2014/02/23/travel/on-a-caribbean-rum-trail.htmlOn a Caribbean Rum Trail by Baz Dreisinger

Extrait de l’Article du New York Times
Fevrier. 21, 2014Traduit en Français

… Le dernier jour de mon “périple dans la Caraïbes sur la trace du rhum), même mon café du matin était du rhum . En fait, de la crème de rhum, consommé à l’Habitation Clément, une plantation avec des jardins botaniques, une maison créole et une galerie d’art . Les saveurs et mélanges vendus aux côtés de rhums traditionnels Clément sont éblouissants : café, chocolat, mojito , noix de coco , goyave , cerise .

Mais lors d’une visite audio qui couvrait bien l’histoire du rhum et de la production – cartes, diagrammes , expositions de photos , voix-off français accentués – j’ai décidé que ici était le sommet de l’éducation sur des visites de distilleries. J’ai erré à travers le jardin de sculpture de la plantation et, en réfléchissant sur l’héritage du liquide que je poursuivait, je repérai quelque chose de remarquable : du sang sur les feuilles. Une sculpture rouge massive du mot «BLOOD», en équilibre devant un parfait champ de canne. Elle évoque, bien sûr , la chanson de Billie Holiday « Strange Fruit », à propos des lynchages du paysage pastoral du Sud de l’Amérique:  » Du sang sur les feuilles et du sang aux racines », chantait -elle. Cette scène, époustouflante et à la fois hantée par la douleur perpétuelle, m’a frappé comme un hommage parfait : J’y ai compris l’essence d’une belle et nostalgique région dont l’héritage contient tous les paradoxes et la complexité qui lui ont donné naissance il y a si longtemps.

___________

On the final day of my journey, even my morning coffee was rum. Well, rum cream, consumed at Habitation Clément, a plantation with botanical gardens, a Creole house and an art gallery. The flavors and blends sold alongside traditional Clément rums are dazzling: coffee, chocolate, mojito, coconut, guava, cherry.

But during an audio tour that thoroughly covered rum history and production — maps, diagrams, photo exhibits, French-accented voice-overs — I decided that here lay the educational apex of distillery-hopping. I wandered through the plantation’s sculpture garden and, reflecting on the legacy of the liquid I’d been trailing, spotted something remarkable: blood on the leaves. A massive red statue of the word “Blood,” poised before a picture-perfect cane field. It evoked, of course, the Billie Holiday song “Strange Fruit,” about lynchings in a pastoral Southern landscape: “Blood on the leaves and blood at the root,” she sang. This scene, stunning yet haunted by perennial pain, struck me as perfect homage: Behold a spirit whose legacy contains all the paradoxes and complexity of the wistfully beautiful region that gave birth to it so long ago.